LES PIEDS DANS L’EAU ET LA TÊTE DANS LE FEU

LA PHŒNICICULTURE : KÉSAKO ?

La culture du palmier dattier est appelée phœniciculture, mot provenant du nom latin du palmier : « Phoenix ». Elle se retrouve dans les oasis sahariennes et des pays du Golfe Persique. Si le dattier peut être présent plus au nord, il ne fructifie malheureusement pas ou donne des fruits médiocres. Ils ont besoin d’être bien irrigués et les dattes doivent être baignées de soleil pour mûrir d’où l’expression « les pieds dans l’eau et la tête dans le feu ».

DES VARIÉTÉS PAR CENTAINE :

Il existe des centaines de variétés différentes de dattes, classées, selon leur teneur en eau, en 3 grands groupes : les dattes sèches, les dattes demi-molles et les dattes molles. Chaque pays a ses propres variétés de dattes qui peuvent être classées en dattes exportables ou en dattes communes et consommées localement.

Il y en a donc pour tous les goûts !

UNE PLANTE PLEINE DE RESSOURCES :

Elle fournit bien plus que ses fruits à la population locale. Les dattes sont consommées telles quelles ou servent à la production de miel de datte ou encore de vinaigre et boissons. Son « bois » est utilisé en tant que combustible ou bois d’œuvre. Les palmes peuvent se retrouver dans des objets de vannerie ou sur les toits des maisons.

Le saviez-vous ?
Le palmier n’est pas un arbre au sens botanique, car il ne fabrique pas de vrai bois : il s’agit donc d’une plante.

Scoop !
Le palmier-dattier est une des plus vieilles plantes domestiquées : on estime sa culture vieille de 6 000 à 8 000 ans ! Aujourd’hui, le palmier-dattier est présent sur les 5 continents.

Sur les étals français :

La « Deglet Nour » (« Doigt de lumière ») est la plus connue et la plus consommée. Très apprécié pour son goût de miel et sa couleur translucide.

La datte Zahidi, dit « date d’or », est plus ronde, dorée et a une chair ferme et fibreuse.

La datte Allig, de couleur acajou, est longue, sucrée et savoureuse tandis que la datte Kenta est dorée claire et moins sucrée que la plupart des variétés.

De taille plus importante, la Medjoul ou « Reine des dattes » est très charnue et sucrée.

LA FILIÈRE TUNISIENNE

La Deglet Nour en Tunisie

Palmier dattier avec plusieurs régimes de dattes

 

Les dattes en Tunisie en quelques chiffres :

  • 50% de l’effectif mondial des dattiers au monde
  • 1er exportateur au monde en valeur
  • 2 zones de production : Jerid & Kebili.

La plantation et pollinisation

fécondation régime de dattesLa plantation des palmiers dattiers se fait par « clonage », en récupérant les rejets sur les troncs des palmiers-mère et en les replantant : un palmier dattier produit ses premières dattes au bout d’environ 5 ans.

La pollinisation, qui se passe entre mars et avril, n’est pas suffisamment efficace naturellement car les pollens mâles et femelles ne se situent pas sur le même arbre. Pour avoir une récolte de qualité et régulière, une pollinisation « artificielle » par l’homme, complète l’effet du vent. L’opération consiste à récupérer la branche porteuse du pollen mâle et à le mettre en contact en l’insérant au milieu des inflorescences femelles, pour permettre la fécondation. Une ficelle permet de maintenir le tout en place.

La production

Régimes de dattes dans des moustiquaires

En Juin, plusieurs interventions sont réalisées sur les dattiers pour augmenter la qualité des dattes. Dans chaque régime, la moitié de chaque branchette est coupée pour permettre aux dattes restantes de grossir. Quelques branches sont aussi éliminées pour permettre une meilleure circulation de l’air. Des régimes entiers de dattes peuvent aussi être supprimés, pour ne conserver que les meilleurs et les mieux exposés au soleil. Un palmier-dattier peut alors produire en moyenne 100 kilos de dattes.

Une toile en filet ou plastique est installée tout autour des régimes de dattes. Il agit contre la pluie, l’humidité et comme moustiquaire, notamment contre la pyrale de la datte.

La récolte des dattes

Récolte des régimes de dattes

 

La récolte se déroule d’octobre à décembre. Les cueilleurs grimpent aux arbres pour couper les tiges sur lesquelles pendent les régimes de dattes. Ils sont ensuite suspendus sur des planches en bois pour permettre un premier tri sur place.

Le tri des dattes

Régimes de datte suspendus pour le tri manuel

Les dattes de moindre qualité et les non-fécondées (vertes/jaunes) sont enlevées et servent à l’alimentation du bétail. Certaines dattes ne sont pas complètement mûres et seront donc exposées plus longtemps au soleil. Les dattes peuvent à ce stade être dénoyautées selon la demande du client.

Elles sont ensuite amenées dans une station de conditionnement sur l’exploitation pour faire un second tri plus approfondi : les dattes branchées sont mis à part et les dattes standard (en vrac) sont triées selon leur taille.

Remises ensuite au conditionneur-exportateur, la qualité des dattes est à nouveau contrôlée et elles peuvent être triées encore une fois. Le conditionnement s’effectue selon les demandes des clients (coffret, vrac…)

Le transport et réception

Bateau Cargo

Les dattes traversent la Méditerranée et arrivent au port de Marseille avant d’être transportées jusque dans notre usine non loin de là. Un premier contrôle qualité à réception de la marchandise nous permet de vérifier la conformité du lot reçu.

La transformation

Dattes deglet nour

Certains coffrets sont déjà conditionnés en Tunisie chez notre fournisseur. En revanche, les dattes arrivées en vrac sont transformées sur notre site marseillais.

Certaines sont réhydratées et deviennent des dattes moelleuses.